samedi 12 février 2011

La correspondance des Gens du Monde

(Albin Michel, 1926) Auteur : Comtesse de Gencé

 

A l'heure du télex, du téléphone et des surprises-parties, la correspondance postale de nos aïeux peut sembler gentiment désuète, voire inutilement encombrée d'affèteries et de formules alambiquées

Il n'est pas inutile, pourtant, de rappeler aux plus jeunes générations qu'un certain formalisme est souvent gage de respect du destinataire, de clarté de l'expression et d'un style tout de même un peu plus distingué que les «LOL», «PTDR» voire «DTC» dont usent et abusent trop de jeunes gens, ainsi que de moins jeunes qui veulent paraître «à la page». (1)

Puissent les lecteurs de ce blogue s'inspirer avec bonheur des formules citées ici en exemple et les utiliser lors de leurs échanges sur minitel, "CB" ou autre équipements de radio-amateur dont les jeunes d'aujourd'hui sont friands.


 

Un jeune auditeur en train de nous envoyer ce "touite" : «Chers amis de l'Hippopotable, je suis Jean-Michel Borné, de Saint-Philbert-de-Bouaine, et j'apprécie énormément votre blogue. Pouvez-vous m'envoyer une photo de Danielle Génault et de toute l'équipe ? Veuillez croire en mes sentiments les plus cordiaux»



La Comtesse de Gencé, déjà auteur de «L'art d'amuser et de s'amuser», du «Code mondain de la Jeune Fille» et du «Cabinet de toilette d'une Honnête Femme», nous livre dans ce guide, non seulement d'excellents principes générauxNe parlez pas latin, ni anglais, ni allemand : Darling et My Love sont d'un usage prétentieux») mais surtout une multitude d'exemples alliant la précision à un style parfait.

Le correspondant inculte, peu inspiré ou simplement cossard pourra  trouver dans cette masse de lettres déjà fort bien rédigées celle qu'il recopiera telles quelles, en n'omettant pas de substituer aux noms donnés en exemple ceux de ses véritables destinataires.

Voici quelques exemple de messages 
dont on s'inspirera avec bonheur : 

p 292 : Une mère à une dame riche pour l'intéresser à sa misère et solliciter un secours :


Un autre exemple de la vie courante, dont on s'inspirera pour témoigner son admiration, par exemple en commentaire d'un statut spirituel sur un réseau télématique social :


Toutes les situations de la vie courante sont bien entendu envisagées, ainsi les saynètes et sauteries :




Ce sont parfois des détails en apparence anodins qui donnent du lustre à une simple missive. Ainsi, le qualificatif de «Grand sournois» pour désigner le fiancé de la destinataire attire irrésistiblement la sympathie, au moins autant que la promesse d'un menu cadeau qui vient quelques lignes plus bas :





Enfin, ne négligeons pas les formules de politesse originales, telle celle utilisée par Raymond D'Orvis sur cette missive charmante par bien des aspects :



Note de l'Hippopotable : **** Un ouvrage indispensable


(1) Si un auditeur peut nous expliquer la signification exacte de ces acronymes, nous lui en serons reconnaissants, et cela nous permettra peut-être de comprendre la réaction offusquée de la comtesse de Gencé suite à l'envoi  par Raymond Cartier de ce «Texto» : «LOL, je kif tro ton manuel, PTDR DTC »

8 commentaires:

all a dit…

L'invitation à une saynète et sauterie en matinée pour dimanche et le parangon de l'inconvenance ! Ce temps est, en effet, réservé pour la toilette hebdomadaire et la prière en famille.

Les piles intermédiaires a dit…

Frapesles ? Leneveu ? Grandcourt ? Je suis chagrinée de voir que la comtesse cède à cette lamentable mode des "pseudos".

ysabeau a dit…

Je risquerai un "PTDR", si vous me le permettez.

PTDR signifie rien de moins que "c'est fort amusant, j'ai bien ri".

Concernant DTC, la signification est plus obscure, et ahem, plus délicate à fournir. Le courroux et l'émoi de la comtesse semblent légitime, elle a cru que son jeune et insouciant auditeur se moquait d'elle. Mais le LOL précédent (qui signifie aussi j'ai bien ri) et le PTDR n'en restent pas moins des compliments et des hommages. Il me semble donc que DTC, peut s'interpréter, dans ce cas précis comme "belle comtesse, vos yeux d'amour mourir me font", yeux étant une image de ce qui émeut plus particulièrement le jeune homme, qui semble-t-il serait fort heureux d'honorer la comtesse à sa façon.

En espérant, très cher, avoir répondu à votre requête, je vous prie de bien vouloir accepter mes salutations les meilleures (et de faire une bise à Loulou au passage).

Cédric a dit…

Je ne sais pas comment je le prendrais si on m'appelait "ma grosse mignonne"... On croirait que Raymond d'Orvis parle d'une fille de joie souffrant d'embonpoint ! Quant à DTC, cela signifie évidemment "Dans Ton Cœur", car c'est beau l'amour ! À moins que ce ne soit autre chose... :o)

Paul a dit…

"Dans ton cœur", cela allait de soi. J'en userai largement dorénavant.

Cédric a dit…

Dites-moi, Paul, quand songerez-vous à vous inscrire sur Twitter (si ce n'est pas déjà fait) ? :-)

La bise où vous savez, ma grosse mignonne,

Cédric d'Orvis

Appas a dit…

Les réseaux sociaux semblent bien pâlichons à côté de cette totale désinhibition dans le gros D-lire.

milloum a dit…

Oh cette missive de la paroissienne émue est effectivement d'une retenue et d'une délicatesse à couper le souffle! J'ai été particulièrement remué quand elle explique que le discours vigoureux du saint homme l'a profondément troublé au point qu'elle ne résiste plus au désir de... lui offrir en tribut... J'en étais où... ouf, oui en tout cas j'en suis tout chose.