mercredi 29 octobre 2008

La saga Hélène et les garçons


(Montjoie, 1994)
Auteur : anonyme (Jean D'Ormesson ou Paul Guth, selon certaines sources)

Note de l'Hippopotable : ****


Certaines auditeurs reprochent à ce blogue un certain passéisme. "Vous ne pensez pas à nous, les jeunes !", nous écrit ainsi Valérie Lebègue, 28 ans (Béziers). "Toujours des ouvrages parus avant ma naissance !" s'indigne Thierry Pruvost, 43 ans (Aurillac). "Pourquoi ne parlez-vous jamais des sujets qui nous passionnent ?", demande "Un groupe de jeunes fans des Chiffres et des Lettres de Basse-Normandie".

Eh bien, soit. Soucieux de se rapprocher du public des 15-45 ans, La Bibliothèque Idéale de l'Hippopotable vous présente aujourd'hui un magnifique album tout en couleurs, dont la qualité (épaisse reliure cartonnée, papier glacé) n'a rien à envier aux catalogues proposés chez nos amis coiffeurs et coiffeuses (qu'elles soient ici saluées, car nous savons que nous en comptons plusieurs parmi les fidèles de ce blogue).

De plus, cet ouvrage rentre dans une catégorie qui nous est chère : celle des formes littéraires injustement méprisées par la critique. "La saga Hélène et les garçons" est en effet une adaptation écrite d'une série télévisée - un genre hélas sous-représenté dans la liste des prix Goncourt, Nobel et autres breloques accordées à des écrivaillons qui souvent n'arrivent pas à la cheville de l'auteur de ce livre. Auteur dont le talent n'a d'égal que la modestie, puisqu'il a su renoncer à la gloire (peut être pour préserver l'amitié ? voir plus loin) en gardant l'anonymat.

Mais nos jeunes amis s'impatientent : alors, place aux images - qui, mieux qu'elles, peuvent faire justice aux aventures d'Hélène et sa sympathique bande de camarades ?


C'est tellement vrai.





Message de tempérance à destination des jeunes :
un bon repas, oui, mais que les verres restent vides.



Refuser la gloire au nom de l'amitié :
étonnante mise en abyme quand on sait que
l'auteur de l'album a préservé son anonymat.




Le pyjama, un costume trop souvent négligé
dans les productions audiovisuelles.


Les minorités sont bien représentées au sein de la série :
ici, les personnes à mobilité cervicale réduite.



Marivaux, ton esprit n'est pas mort !







Un ouvrage indispensable

8 commentaires:

Lepoilux a dit…

Quel suspens haletant! Quelle intrigue! J'ignorais par contre que Jean Sarkozy jouait les utilités dans des opéras-savons pour payer ses études avant son mariage d'amour. Quelle grandeur d'âme!

Lisa a dit…

Voilà comment on attire un lectorat!

Hippo, Hippo, Hippo, Hourra!

jackie g a dit…

merci à toi oh Paul
pour ce discret hommage aux capillicoles-bibliothécaires (et ils sont rares!) dont nous faisons partie !...
Je tiens à ton entière disposition un ouvrage qui ravira tes lectrices tranche d'âge 65-95 ans avec d'adorables photos mais chut!...je n'en dis pas plus! comment n'y ai-je point pensé plus tôt?...

Paul a dit…

Chère Jackie
Je suis preneur. Il est temps de vieillir mon lectorat.

Monsieuye Am Lepiq a dit…

Ôtez-moi d'un doute : cette Hélène, c'est bien celle qui fut enlevée à Troie (Pâris, cheval, etc.), et dont la légende fut écrite par saint Omer ?

Mais dans ce cas, qui sont donc ces "garçons" ?

jerome a dit…

amour, gloire, amitié, pyjama... que de nouveaux concepts. J'espère qu'il y a un lexique à la fin pour expliquer basiquement ces quelques notions à nous les jeunes (enfin, anciennement jeune, disons "sympathisant")

BertranD a dit…

Dis-donc dis-donc,
quatre mois et tu l'as toujours pas fini ?
;-)

Helene (hé oui...) a dit…

Mais ma parole... Que font les lapins sur le pyjama de Cricri d'amour ???!!!